LES CAPETIENS - LES CROISADES, Part 4 of 6 (slides 31 - 40)


51- La cinquième croisade ne fit qu'une brève descente en Egypte. Les croisés devaient faire face aux redoutables armées turques, que l'on voit ici, plus nombreuses que les croisés. La sixième croisade, guidée par l'empereur d'Allemagne, se termine par un accord diplomatique entre l'empereur et le sultan qui rend provisoirement Jérusalem aux chrétiens.


52- Saint-Louis fit construire le port d'Aigues Mortes sur la côte méditerranéenne d'où partirent les dernières croisades. Aigues Mortes a conservé ses murs, témoins du temps des croisades. C'est de ce port que partit la septième croisade en Egypte durant laquelle Saint-Louis fut capturé et dut payer une lourde rançon pour se libérer.


53- Saint-Louis meurt de la peste en Tunisie durant la huitième et dernière croisade en 1270. Cette miniature nous montre un croisé couché dans un cercueil sous une tente somptueuse réservée aux seigneurs. Deux femmes à genoux pleurent sa perte, tandis que ses chevaliers lui apportent leurs derniers hommages.


54- Dans tous les pays de la Méditerranée orientale, les croisés français implantent l'usage de leur langue et le souvenir légendaire de leurs exploits militaires. Mais la dernière croisade du roi de France, que l'on reconnait aux trois fleurs de lys, s'était terminée par un fiasco et, vingt ans plus tard. en 1291, les derniers établissements francs en proche Orient tombent aux mains des Musulmans.


55- En Orient, les croisés avaient découvert les attraits d'une civilisation matérielle plus raffinée qu'en Occident. Ils ont developpé des courants commerciaux qui traversaient la Méditerranée à partir des ports italiens, en particulier Venise que l'on reconnait ici grâce au lion ailé de Saint-Marc, emblème de la ville.


56- L'ordre des Templiers a fait construire des forteresses, des kraks, le long des côtes de la Méditerranée orientale. Cet ordre religieux et militaire avait comme but de protéger les croisés sur leurs routes et de leur servir de banque. Puissants et riches, les Templiers ont aussi servi de banquiers au Pape et aux rois. Leur fortune passa à Philippe le Bel en 1290, quand il décida d'éliminer l'ordre des Templiers pour confisquer leurs biens.

Stéphane Tribout a trouvé un erreur: “Les membres de son ordre, dissous en 1311-1312, furent arrêtés en 1307 (et non pas 1290), date à laquelle leur fortune fut volé par Philippe IV.”


57- Les croisades ont affaibli la puissance des seigneurs car des milliers d'entre eux y laissèrent leur vie. Le roi en profita pour raffermir son autorité et s'emparer des domaines de ses sujets disparus. A la mort de Philippe le Bel, le dernier capétien, la France avait ainsi atteint un niveau relativement satisfaisant de sécurité et de prospérité. Sur ce gisant, on voit Philippe qui tient ses gants, symbole du pouvoir.

Stéphane Tribout a trouvé un erreur: Philippe IV Le Bel n’est pas le dernier roi Capétien. “Les 3 fils de Philippe qui ont régné après lui, étaient encore comme des Capétiens (Louis X, dit Le Hutin, Philippe V et Charles IV). C'est après la mort de son 3ème fils, Charles IV (roi de 1322 à 1328), le dernier Capétien, que la couronne passa aux Valois.”


58- Les croisés n'avaient pas toujours la chance d'arriver en Terre Sainte sains et saufs. Les accidents, tels qu'on en voit ici, étaient fréquents. Ceux qui arrivaient à bon port découvriaient une civilisation différente et des cultures inconnues, comme celle du coton représenté ici d'une manière stylisée sous la forme de petits arbres blancs.


59- Les croisades eurent des conséquences positives sur les connaissances de l'Occident, sur sa vie économique et sur l'épanouissement des villes. Les croisés découvrirent la Mer Morte, représentée dans cette miniature comme un bassin où se baignent trois nageurs. Ils rapportèrent du Proche Orient les melons et des arbres fruitiers comme l'abricotier ou le pêcher.


60- Certaines cultures ont dû surprendre les croisés comme celle de ces érables dont on récoltait la sève pour en faire du sucre. Ce manuscrit, qui raconte les découvertes faites au Proche Orient, a des images où le réalisme se mèle au fantastique. A droite, le pélican, symbole du Christ rédempteur, domine le dragon, symbole du mal.


61- La culture du coton, de la canne à sucre, et du murier pour les vers à soie ont rendu la vie plus agréable en Occident et ont conduit à intensifier les relations commerciales avec le Proche Orient. Ici, deux paysans offrent à deux croisés à cheval un panier de fruits exotiques.


62- Des fruits et des légumes nouveaux, comme les oranges, les citrons, les courges, les poivrons firent leur apparition sur les marchés en France et changèrent les habitudes culinaires des Français.


Back to Part 5
Return to French Page